08/10/2016 15:24
Les Géorgiens sont attendus aux urnes le 8 octobre pour des élections législatives dominées par deux partis rivaux pro-occidentaux, dont la cohabitation parlementaire risque de faire plonger dans la crise politique ce pays du Caucase.

>>Le paludisme éradiqué en Europe, Asie centrale et Caucase
>>Les Ukrainiens commémorent la répresssion sanglante du Maïdan entre fierté et amertume
>>La Russie reconnaîtrait les élections séparatistes en Ukraine

 

Le drapeau géorgien lors d'une commémoration dans le pays, le 27 septembre 2014. Photo : AFP/VNA/CVN 


Les bureaux de vote ouvrent à 04h00 GMT et les premiers résultats partiels de ces législatives, que surveilleront des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), devraient être annoncés tard dans la nuit du 8 au 9 octobre.

Au total, 19 partis, six formations et 816 candidats élus au scrutin majoritaire se disputent les votes des 3,5 millions d'électeurs pour obtenir un ou plusieurs des 150 sièges du Parlement.

Les deux favoris - le parti au pouvoir Rêve géorgien du milliardaire Bidzina Ivanichvili et le parti Mouvement national unifié (MNU) fondé par l'ancien président Mikheïl Saakachvili - sont au coude-à-coude, selon des sondages.

Ils restent cependant "très impopulaires et il est vraiment probable qu'il n'y aura pas de victoire nette" pour l'un des deux partis, pronostique l'analyste politique géorgien Guia Nodia. "La Géorgie devra donc former un gouvernement de coalition, mais créer une vraie coalition pourrait être difficile car il y existe beaucoup de désaccords entre les partis", s'inquiète-t-il.

En octobre 2012, la victoire écrasante du Rêve géorgien aux élections législatives précédentes avait mis fin à une décennie de pouvoir du MNU. Depuis, la popularité du Rêve géorgien s'est fortement effritée, sur fonds de dépréciation de la monnaie géorgienne à la suite de la récession du grand voisin russe, important partenaire commercial de Tbilissi.

Tous deux pro-occidentaux, le MNU et le Rêve géorgien prônent l'entrée de la Géorgie dans l'Otan, comme l'ont promis les dirigeants de l'Alliance atlantique en 2008.

AFP/VNA/CVN 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines