04/05/2017 10:17
La Réserve fédérale américaine (Fed) conclut mercredi 3 mai une réunion monétaire de deux jours à l'issue de laquelle elle devrait observer une pause dans la hausse des taux directeurs en attendant des signes d'accélération de l'économie, estiment les marchés financiers.
>>États-Unis : amende de 150 millions de dollars pour Deutsche Bank
>>Wall Street mise sur les résultats d'entreprises pour repartir à la hausse

Le bâtiment de la Réserve fédérale américaine à Washington.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le Comité monétaire de la Fed, "a repris sa réunion à 09h00 (13h00 GMT)", a indiqué une porte-parole mercredi 3 mai. Elle avait commencé mardi 2 mai.

Un communiqué sera publié à 18h00 GMT pour cette réunion monétaire ordinaire, qui ne doit pas être suivie d'une conférence de la présidente de la banque centrale Janet Yellen.

La Fed, qui a déjà relevé les taux en mars pour les situer entre 0,75% et 1%, devrait attendre d'en savoir plus sur l'évolution de l'économie avant de poursuivre sa trajectoire de resserrement monétaire. Les membres du FOMC avaient indiqué en mars qu'ils prévoyaient deux autres modestes relèvements des taux directeurs au jour le jour d'ici la fin de l'année. Les acteurs financiers guetteront dans le communiqué un signal que le Comité s'apprête à relever les taux cet été, si l'économie le permet.

La croissance au premier trimestre a été très décevante, marquant le pas à 0,7% en rythme annualisé. Mais les analystes ont relativisé cette faiblesse de janvier à mars, remarquant que, de façon répétée ces dernières années, le premier trimestre hivernal a été mauvais pour l'économie avant d'être suivi par un rebond. Les consommateurs, qui tirent l'économie américaine, se sont montrés frileux au début de l'année.

L'administration Trump assure qu'avec une réforme des impôts favorisant les entreprises, une dérégulation et des renégociations commerciales, elle peut faire avancer l'économie à plus de 3%. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a reconnu lundi que cet objectif pourrait "prendre deux ans".

Coup de mou pour l'inflation 

Autre argument en faveur d'une pause, l'inflation a eu un coup de mou en mars alors que la banque centrale veut la voir autour de 2%, un objectif qu'elle estime sain pour l'économie.

Selon l'indice PCE, baromètre favori de la Fed, la hausse des prix s'est repliée sur un an en mars, redescendant à 1,8% au lieu des 2,1% atteints le mois d'avant.

Mais ce ralentissement semble refléter des facteurs exceptionnels (chute des prix des abonnements téléphoniques notamment).

La présidente de la Banque centrale américaine Janet Yellen à Washington, le 15 mars. Photo : AFP/VNA/CVN
Ces données décevantes, si elles se confirment, pourraient convaincre la Fed de repousser le prochain resserrement du crédit à septembre, selon certains analystes comme Jason Schenker de Prestige Economics: "nous croyons que la Fed va laisser les taux inchangés jusqu'en septembre", a-t-il affirmé dans une note.

Mais pour d'autres, la Fed est surtout focalisée sur le marché du travail qui a quasiment atteint le plein emploi avec un taux de chômage de 4,5%.

Les chiffres de l'emploi pour avril ne seront disponibles que vendredi 5 mai. Les analystes s'attendent à un rebond des créations d'emplois à 180.000 même si le taux de chômage devrait remonter un peu, selon eux, à 4,6%.

Le secteur privé seul a créé en avril 177.000 postes, selon l'enquête mensuelle d'ADP publiée mercredi. C'est le plus faible niveau depuis octobre, mais cela reste un rythme soutenu.

La Banque centrale est aussi attentive aux augmentations de salaires, qui pourraient nourrir une plus rapide hausse des prix, ce qu'elle veut éviter en relevant progressivement les taux. L'indice du coût de l'emploi a augmenté de 0,8% au premier trimestre, "une accélération indéniable (...) qui va garder la pression sur la Fed pour continuer à resserrer la politique monétaire", assure Jim O'Sullivan, chef économiste pour HFE.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
À la découverte du Festival du chant des amateurs du Sud

Les plages du Vietnam parmi les moins chères du monde En ce qui concerne le coût des repas, de la crème solaire... les plages du Vietnam sont parmi les moins chères du monde, selon l’indice des prix à la plage réalisé par Telegraph Travel sur 310 plages de 70 pays.