02/11/2016 14:19
En marge de la 2e session de la XIVe législature de l’Assemblée nationale qui est en cours à Hanoi, la gestion de la dette publique pour la période 2016-2020, qui s’inscrit dans le cadre du plan de restructuration globale de l’économie nationale sur la même période, a reçu un large intérêt des députés. De vifs débats ont eu lieu sur une proposition de relèvement de ce plafond.
>>Les députés débattent de questions économiques importantes
>>Les députés discutent de rapports concernant les biens publics, chemins de fer, armes
>>Plusieurs questions économiques importantes au centre des débats

Le Vietnam a besoin de capitaux pour développer ses infrastructures. De facto, 98% des fonds empruntés sont employés à des projets d’infrastructures, le reste allant au financement général du développement.

Par sécurité, le taux d’endettement ne doit pas dépasser les 65% du Produit intérieur brut, a souligné le vice-Premier ministre Vuong Dinh Huê.
Photo : Do Hoa/CVN

Pour atteindre ses objectifs de développement socio-économique, le Vietnam est donc contraint d’emprunter davantage. L’endettement est un problème auquel font face la majorité des pays en voie d’industrialisation et de modernisation, et même ceux qui le sont déjà. Le Vietnam doit emprunter à l’étranger par émission de titres afin d’investir dans la construction d’infrastructures de base tels que ponts, routes et hôpitaux. Les projets ainsi réalisés apportent des changements notables à tous points de vue pour le développement national, ont été unanimes les députés.
 
Le Vietnam va continuer d’emprunter pour ses infrastructures, mais il devra veiller à ce que son endettement ne dépasse pas la limite fixée par l’Assemblée nationale, 65% du PIB national, et à ce que les crédits soit efficacement utilisés, a affirmé le vice-Premier ministre Vuong Dinh Huê. Les emprunts publics devront être exclusivement affectés à la construction d’infrastructures d’utilité publique et conformément au plan fixé. Il faudra, par ailleurs, renforcer le contrôle de l’emploi des emprunts pour assurer l’efficacité de l’investissement, notamment en prévenant la corruption et le gaspillage.

«Le Vietnam poursuivra l’application de mesures de développement de ses marchés financier et boursier, mais aussi de restructuration de la dette publique, en recourrant davantage aux emprunts de moyen et long termes. De même, il faut contrôler strictement l’endettement des collectivités locales, ainsi que des ministères et des services», a souligné le ministre des Finances, Dinh Tiên Dung.
 
Seize milliards de dollars empruntés en neuf mois
 
Pour un pays en voie de développement, l’endettement public, qui soutient directement la croissance économique, est inévitable. Ce qui importe, c’est que les capitaux empruntés soient employés avec efficience car, pour le reste, les rentrées budgétaires sont toujours suffisantes, tout comme les exportations nationales qui croissent toujours, pour garantir leur remboursement...
 
Maîtriser l’endettement public dans la limite autorisée est l’une des mesures de maintien de la sécurité financière du pays et de stabilisation de l’économie.
Photo : Trân Viêt/VNA/CVN

Selon les rapports de mise en œuvre du budget de l’État contrôlés et adoptés par l’Assemblée nationale, le Vietnam respecte strictement le remboursement de sa dette, aucun débiteur n’ayant déploré de retard ou émis préalablement de doutes sur la solvabilité du pays, précise Truong Van Phuoc, vice-président du Comité national de contrôle des finances. La dette publique est, pour l’essentiel, en nature d’obligations du Trésor, d’aides publiques au développement sous forme de crédit, et de crédits de bailleurs de fonds internationaux. Selon un rapport du ministère des Finances, fin septembre 2016, le Vietnam a remboursé 176.827 milliards de dôngs, dont la dette domestique représente 140.183 milliards de dôngs et celle de l’étranger, 36.644 milliards de dôngs.

Actuellement, plusieurs pays du monde sont en proie à ce que l’on appelle désormais la crise de la dette publique. Aujourd’hui plus qu’hier, la gestion et la supervision des finances publiques se posent comme un impératif pour toutes les économies. La gestion de la dette et des risques financiers a un rôle important pour maintenir une croissance économique régulière. L’une des principales préoccupations du secteur vietnamien des finances publiques est de définir des politiques et des mesures adéquates, ainsi que d’acquérir les technologies nécessaires à leur mise en œuvre, afin d’améliorer les capacités de contrôle des finances de l’État qui sont l’un des facteurs conditionnant le développement de l’économie nationale.

Fin 2015, la dette publique s'établissait à 62,2 % du PIB national, dont 50,3% de dettes gouvernementales. Selon un récent rapport du ministère des Finances, fin septembre 2016, le gouvernement a mobilisé plus de 11 milliards de dollars par l’émission d’obligations. Les emprunts étrangers ont atteint 4,88 milliards de dollars. En chiffres absolus, en neuf mois, le Vietnam a signé 31 accords de crédit avec l’étranger d’un montant total équivalent à 4,88 milliards de dollars. En conclusion, sur cette période, le gouvernement vietnamien a emprunté 16 milliards. En 2016, le gouvernement prévoit d’emprunter 452.000 milliards de dôngs, soit 20 milliards de dollars, dont la moitié sera mobilisée par l’émission d’obligations gouvernementales.

Thê Linh/CVN
 
 

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Diên Biên se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia La province de Diên Biên (Nord) se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia qui doit avoir lieu du 11 au 14 mars 2017.