02/12/2016 16:09
La Chine est le plus grand investisseur au Cambodge, avec un investissement cumulé de plus de 14 milliards de dollars de 1994 à octobre 2016, selon le Conseil pour le développement du Cambodge.

>>Chine et Cambodge signent 31 documents de coopération
>>Le président chinois effectue une visite officielle au Cambodge
 

Un ouvrage au Cambodge investi par la Chine.
Photo : Xinhua/VNA/CVN


Les informations ont été publiées lors du Forum des affaires entre le Cambodge et la Chine qui s'est tenu le 1er décembre à Phnom Penh, avec la participation de 600 hommes d’affaires et hauts fonctionnaires des deux pays.

Le Premier ministre cambodgien Samdech Hun Sen a déclaré que le forum était important dans la mise en œuvre de l'initiative "Une ceinture - Une route".

Il a également apprécié les relations de coopération entre les deux pays dans toutes les sphères, notamment dans le commerce, l'investissement, les banques, les finances et le tourisme, affirmant que les échanges commerciaux bilatéraux ont atteint 4,4 milliards de dollars en 2015, soit une hausse de 18% sur un an.

Le Premier ministre Hun Sen a déclaré que la Chine occupait la 2e place en termes d'afflux touristique au Cambodge, avec environ 700.000 arrivées enregistrées en 2015. Un chiffre qui devrait atteindre 800.000 cette année, en hausse de 14% en glissement annuel.

Lors de l'événement, le Premier ministre cambodgien a décidé de délivrer des visas à entrées multiples qui sont valables pour trois ans pour les investisseurs chinois et coréens, en vue d'attirer plus de capitaux d'investissement de ces deux pays.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Tourisme : la qualité du personnel progresse Cette année, le Vietnam a enregistré 10 millions de touristes étrangers, soit une hausse de 25% par rapport à l’an dernier. Record absolu. Cela étant dit, la formation du personnel doit encore s’améliorer afin de satisfaire tous cet afflux de voyageurs, même s’il y a du mieux.