08/06/2017 09:00
Le guide suprême iranien Ali Khamenei a minimisé l'effet des premiers attentats revendiqués par les jihadistes de l'EI à Téhéran qui ont fait 13 morts mercredi 7 juin, le président américain Donald Trump affirmant lui que ceux "qui appuient le terrorisme s'exposent à en être victimes".
>>Iran : tirs au parlement et attentat suicide au mausolée de Khomeiny

Le guide suprême iranien Ali Khamenei sur une photo fournie le 7 juin par son cabinet. Photo : AFP/VNA/CVN

Le groupe État islamique (EI) a affirmé avoir mené les deux attaques contre le Parlement et le mausolée de l'imam Khomeiny, deux lieux hautement symboliques de la révolution iranienne.

Ces "pétards n'auront aucun effet sur la détermination du peuple iranien", a dit le guide, selon son site officiel.

Les Gardiens de la Révolution, l'armée d'élite du régime, ont eux dénoncé l'"implication" de l'Arabie saoudite et des États-Unis dans les attentats.

À Washington, tout en soulignant prier pour le "peuple iranien", Donald Trump a lancé une mise en garde contre Téhéran : "les États qui appuient le terrorisme risquent de devenir les victimes du mal qu'ils soutiennent", a-t-il dit dans un bref communiqué.


Les États-Unis n'ont pas de relations diplomatiques avec Téhéran accusé de soutenir le "terrorisme", notamment le Hamas.

Le ton de M. Trump tranchait avec les "condoléances" et "pensées" plus nuancées transmises plus tôt dans la journée par la diplomatie américaine. "La dépravation du terrorisme n'a pas sa place dans un monde pacifique et civilisé", avait écrit le ministère américain des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le président iranien Hassan Rohani a lui appelé à "l'unité et à la coopération régionale et internationale" contre le "terrorisme".

Des policiers iraniens évacuent un enfant du Parlement à Téhéran lors d'une attaque qui a fait au moins 12 morts, revendiquée par le groupe jihadiste État islamique, le 7 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN
Menées presque simultanément, les attaques ont fait 13 morts selon un dernier bilan de l'agence Isna, et au moins 46 blessés. Elles ont duré plusieurs heures. Selon le ministère de l'Intérieur, les six assaillants sont morts.

"Marionnettes"

Le premier groupe qui a attaqué le mausolée "était composé de deux personnes : la première s'est fait exploser dans les jardins du mausolée et la seconde a été tuée par les forces de l'ordre", selon le ministère.

Quatre assaillants ont mené l'attaque contre le Parlement. Deux se sont fait exploser et deux autres ont été tués par les forces de sécurité.

Les assaillants du Parlement étaient "âgés de 20 à 25 ans", a déclaré à l'agence Fars Mohammad Hossein Nejat, chef adjoint des services de renseignement des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite d'Iran.

Il a accusé l'Arabie saoudite, rival régional de l'Iran, et les États-Unis, d'avoir "ordonné à leurs marionnettes" de mener ces attentats.

Dans un communiqué séparé, les Gardiens de la révolution ont noté que les attentats avaient eu lieu après la rencontre du président américain Donald Trump "avec le chef d'un des gouvernements réactionnaires de la région qui a toujours soutenu les terroristes".

Donald Trump s'était rendu il y a deux semaines à Ryad où il avait rencontré le roi Salmane et appelé "à isoler l'Iran".

AFP/VNA/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Concours "Expédition francophone 2017"

Promotion du tourisme de Dà Nang lors de l'APEC 2017 Plus de 10.000 délégués internationaux, dont de nombreux hauts dirigeants des 21 économies membres de l’APEC, 1.000 dirigeants d'entreprises internationales, participeront à la Semaine de haut rang de l'APEC 2017 du 5 au 11 novembre dans la ville de Dà Nang (Centre).