17/10/2016 11:55
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé le 17 octobre que l'opération pour reprendre au groupe jihadiste État islamique (EI) la ville de Mossoul avait commencé.
>>Des soldats kurdes et français victimes d'un drone piégé de l'EI
>>La coalition anti-EI place ses pions avant la bataille de Mossoul

Les forces militaires irakiennes se rassemblent sur la base militaire de Qayyarah, à 60 kilometres de Mosoul, le 16 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Le temps de la victoire est venu et les opérations pour libérer Mossoul ont commencé", a déclaré le chef du gouvernement dans une allocution sur la télévision officielle irakienne.

S'adressant aux habitants de la région de Mossoul, deuxième ville d'Irak et principal bastion de l'EI dans ce pays, M. Abadi a lancé : "Je déclare aujourd'hui le début de ces opérations victorieuses pour vous libérer de la violence et du terrorisme de Daesh", acronyme arabe de l'État islamique.

Pendant qu'il lisait sa déclaration, le Premier ministre, qui est le commandant en chef des forces armées, était entouré par de hauts responsables militaires irakiens.

Il n'a pas donné de précisions sur les opérations militaires lancées dans la nuit du 16 au 17 octobre.

Les forces du gouvernement irakien, assistées par diverses autres forces, ont resserré depuis des mois leur dispositif autour de Mossoul.

Elles ont récemment repris des positions clés près de Qayyarah, une ville située à environ 60 kilomètres au sud de Mossoul, préparant l'offensive finale.

Le Premier ministre a précisé dans son allocution que seules l'armée et la police irakiennes entreraient dans Mossoul, alors que de nombreuses autres forces sont déployées en vue de l'offensive pour reprendre la ville, dont des combattants peshmergas kurdes et des milices sunnites et chiites.

"La force qui mène les opérations de libération est la courageuse armée irakienne avec la police nationale, et ce sont elles qui entreront dans Mossoul, pas d'autres", a déclaré M. Abadi.

Mossoul, ville à majorité sunnite, avait été prise avec une relative facilité en juin 2014 par les jihadistes sunnites de l'État islamique, en partie à cause de la profonde défiance de la population locale envers les forces de sécurité irakiennes, dominées par les chiites.

Avant le lancement de l'offensive qui vient de débuter, l'organisation paramilitaire Hached al-Chaabi, dominée par des milices chiites soutenues par l'Iran, a déclaré qu'elle avait l'intention de participer à l'opération.

Des peshmergas kurdes ont également fait mouvement depuis l'est en direction de Mossoul. La coalition internationale antijihadiste menée par les États-Unis fournit un soutien aérien et terrestre à l'opération.

Avant l'annonce par le Premier ministre du lancement de l'opération, l'armée irakienne a déclaré le 16 octobre avoir largué par les airs des dizaines de milliers de tracts sur Mossoul, dont certains donnant des consignes de sécurité aux habitants en prévision de l'offensive.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Il est temps d’aller admirer les fleurs au Nord-Ouest Novembre est le mois idéal pour se rendre dans la région Nord-Ouest afin d’admirer des floraisons spectaculaires, surtout celles de sarrasins, de crucifères et de tournesols mexicains. En route!