15/10/2016 15:29
Hô Chi Minh-Ville, où les conséquences du changement climatique se font déjà sentir, veut acquérir des expériences japonaises en matière de traitement des problèmes de pollution.
>>Le Vietnam cherche à attirer des investisseurs japonais dans l'industrie auxiliaire
>>Renforcement de l’amitié et des échanges Vietnam-Japon
>>Appel à l’investissement japonais dans les secteurs prioritaires

Trân Vinh Tuyên (droite) et Nakagaki Yoshihiko, le 14 octobre à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : KTSG/CVN

Le vice-président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, Trân Vinh Tuyên, a exprimé ce désir en recevant le 14 octobre une délégation japonaise conduite par Nakagaki Yoshihiko, vice-président de l’Association japonaise de promotion de la diplomatie populaire et président du Comité de coopération culturelle et économique Japon-Vietnam

Il a fait savoir que la mégapole du Sud a obtenu des performances socio-économiques importantes et qu’elle est la locomotive économique nationale, mais son développement ne correspondait pas encore à ses potentiels et atouts.

Hô Chi Minh-Ville est soumise à d’énormes pressions lorsqu’il s’agit de régler les problèmes liés à l’urbanisation tels que l’environnement et l’ordre urbain, ainsi que les conséquences du changement climatique.

Partage des solutions technologiques

Trân Vinh Tuyên a souhaité promouvoir la coopération avec les localités et les entreprises japonaises dans le partage des solutions technologiques de construction d’une ville intelligente, des expériences en matière de traitement des problèmes environnementaux, de prévision et de prévention des catastrophes naturelles, et l’application de nouvelles techologies de traitement des déchets.

Saluant les réalisations socio-économiques de Hô Chi Minh-Ville, Nakagaki Yoshihiko a indiqué que l’Association japonaise de promotion de la diplomatie populaire et les entreprises japonaises souhaitaient coopérer et partager leurs expériences avec la ville lors de la mise en oeuvre des programmes de développement socio-économique.

Il a dit que les expériences japonaises montraient que la ville devrait mettre au point un plan d’adaptation au changement climatique de manière scientique et durable, avec l’accent mis sur la coordination entre l’autorité centrale et la ville et les entreprises, y compris étrangères.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines