20/02/2017 23:30
Détours dans six rues, à Hô Chi Minh-Ville, où la bouffe de rue est devenue un grand art et où convergent désormais de très nombreuses personnes de tous horizons. Ces six rues pour gourmand représentent en partie la richesse de la gastronomie vietnamienne.
>>Quatre restaurants vietnamiens dans le top 100 des meilleurs restaurants du Canada
>>Lei, un plat bien connu au Vietnam
>>Le bún cá de Hanoï, une spécialité culinaire à ne pas manquer

Rue des bánh tráng mélangés (rue Nguyên Thương Hiên, 3e arrondissement)

Bánh tráng mélangés.

Les bánh tráng mélangées sont des sortes de galettes de riz très populaires du centre au sud du Vietnam. C’est vraiment dans la rue Nguyên Thuong Hiên, (3e arrondissement) que l’on trouve les meilleures.

Il y a dans cette rue d’innombrables bouibouis proposant du bánh tráng mélangé. Mais chaque enseigne propose un traitement propre, correspôndant à un secret propre. Et il y a la plus célèbre : Viên. Ici, il y a tout le temps du monde et il faut parfois attendre jusqu’à 20 ou 30 minutes pour avoir la chance d’être servi. Les bánh tráng mélangés de la rue Nguyên Thuong Hiên sont aussi attrayants pour leurs prix qui sont mini-mini. Comptez environ de 10.000 à 15.000 dôngs la part.

Rue des pieuvres grillées (An Duong Vuong, 5e arrondissement)

Des pieuvres grillées.

L’après-midi, rue An Dương Vương dans le 5e arrondissement, il y a des dizaines de carioles avec du charbon de bois rougi. C’est le temps de déguster quelques pieuvres grillées et leur sauce shacha, qui répandent une forte odeur dans toute la rue. Ce plat est d’une telle simplicité. Chaque part coûte environ 50. 000 dôngs, un prix raisonnable pour un plat savoureux.

Rue des coquillages Vinh Khanh (Vinh Khánh, 4e arrondissement)

Des coquillages.

Il est difficile de compter toutes les auberges servant des coquillages dans la rue Vinh Khanh (4e arrondissement). Et, l’après-midi, le client est roi pour savourer tous types de coquillages. Il faut goûter chaque saveur. Il y a du aigre, de l’épicé, du salé, du sucré et de l’amer, ainsi que des coquillages familiers aux noms latins incroyables : l’arca subcrenata, le tegillarca granosale, le solenidae, le bigorneau, le cellana, le panopea generosa… Parmi les centaines d’auberges de la rue Vinh Khanh, les pinces de portunus frites au sel sous l’enseigne Oanh, c’est quelque chose de presque divin...

La rue de la soupe aux raviolis (Hà Tôn Quyên, 11e arrondissement)

La soupe de raviolis.

Envie d’une soupe de raviolis ? Direction rue Hà Tôn Quyên. Situé dans un quartier chinois, c’est le lieu de délicieux raviolis. Ici, les variantes sont légions : soupe de raviolis à la crevette, à la viande, au cœur et au foie de porc, dégusté avec du brassica. Le bol de soupe de raviolis pilaf peut satisfaire la curiosité de ceux qui viennent ici pour la première fois. Les échoppes les plus connues (Thiên Thiên, Sui Cao 193) commencent le service à partir de 10h00. Elles sont les plus achalandées du lieu.

La rue des assiettes de fruits (Nguyên Canh Chân, 1er arrondissement)

L’assiette de fruits.

Ici, c’est le royaume des fruits. Initialement, la "Rue aux assiettes de fruits" n’avait seulement que quelques échoppes. Peu à peu, avec la "bonne réputation", les convives s’y sont retrouvés en grand nombre et le nombre d’échoppes a cru de manière exponentielle. Il y a toutes sortes de fruits : ananas, melon d’eau, mangue, prune, prunier de cythère, goyavier, noix de coco, longane, fruit du dragon, sapotille, durian..., ainsi que 3 principes invariables : délicieux, nourrissants, pas cher. Chaque assiette de fruit de la rue Nguyên Canh Chân a souvent de 5 à 6 fruits coupés en parallépipèdes, couverts de glace pillée, de sirop et/ou de lait, avec de la noix de coco. Les composants sont identiques, mais chaque échoppe veille à la fraîcheur de ses fruits, au volume lait et de sirop, et à la douceur de la noix de coco.

Rue de la fondue de poisson kèo

La fondue de poisson "kèo".

Rendez-vous rue Ba Huyên Thanh Quan. Ici, la fondue de poisson kèo est délicieuse et règne en maître. Elle s’étend même jusqu’à la rue Su Thiên Chiêu. C’est aussi le lieu où la jeunesse se donne rendez-vous chaque après-midi et/ou pendant le week-end. Les enseignes les plus réputées sont Bà Huyên et Mua Rung. Bon appétit !

Texte et photos : Minh Thu/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Maroc - Vietnam : Une longue amitié pas prête de s'éteindre

Le 7e festival des métiers traditionnels de Huê débute Le 7e festival des métiers traditionnels de Huê 2017 a débuté le 28 avril dans la ville de Huê, province centrale de Thua Thiên-Huê, en réunissant 327 artisans de 40 villages artisanaux et établissements à travers le pays.