02/10/2016 08:21
Depuis 2001, l’UNESCO accorde chaque année à une ville le titre de «Capitale mondiale du livre» pour promouvoir la lecture. Rêvant de décrocher le titre, Hanoï fait preuve d’initiative et métamorphose son centre en une librairie à ciel ouvert.

>>Hanoï, une librairie à ciel ouvert
>>La rue de librairie Dinh-Lê et la lecture papier chez les jeunes vietnamiens actuels
>>La rue Dinh Lê, bastion du livre à Hanoï

Fête du livre de Hanoï en 2015. Photo :  Minh Quyêt/VNA/CVN

C’est un fait, les Hanoïens aiment les livres. Pour entretenir cette passion, la première Fête du livre a été organisée fin septembre 2014 dans la capitale, dans l’enceinte de la cité impériale Hoàng Thành-Thang Long. Elle mettait aussi à l’honneur le 60e anniversaire de la libération de Hanoï, et le 15e anniversaire de la reconnaissance de la capitale en tant que ville de paix par l’UNESCO. Selon les organisateurs, cette première fête a attiré plusieurs milliers de visiteurs, de tous âges, et plus de 177.000 ouvrages ont été vendus pour l’occasion.
 
L’engouement populaire pour la Fête du livre

Forte de ce succès, la Fête du livre de Hanoï a été de nouveau organisée en 2015. Intitulée «Livres et patrimoines», elle a attiré une cinquantaine de maisons d’édition et de distributeurs répartis sur 180 stands, et ils ont pu profiter de présenter plus de 20.000 titres touchant une large variété de sujets, dont la culture, l’économie, les sciences ou encore la philosophie. Une vingtaine de tables rondes et de rencontres auteurs-lecteurs ont par ailleurs été organisées, une bonne occasion pour tous de découvrir et de mieux comprendre le travail des écrivains et des éditeurs.

Au début de cette année, la «Rue des livres du printemps 2016» est devenue un événement à part entière, qui a su attirer bon nombre de visiteurs de par son ambiance unique. Pour la première fois, Hanoï a accueilli le Nouvel An par les livres. Quelque 100.000 exemplaires ont été vendus au terme des six jours de fête, soit un chiffre d’affaires équivalent à 5 milliards de dôngs. Des résultats qui confirment l’engouement populaire pour ce genre d’événements.

Inspiré par le succès, le Service municipal de l’information et de la communication a demandé au Comité populaire de la ville d’organiser la «Fête des livres pour enfants» en juin dernier mais également une nouvelle édition de la «Fête du livre de Hanoï» du 6 au 11 octobre prochain au Centre de préservation des patrimoines de Thang Long (situé dans l’arrondissement de Ba Dinh). Placé sous le thème «Livres et intégration», l’événement est inscrit au programme des festivités du 62e anniversaire de la libération de la capitale. Pour l’heure, près de 200 stands vont proposer des livres et des publications qui retracent les traditions, la culture, l’histoire et les activités de coopération entre Hanoï et les autres pays membres de l’ASEAN. Sont aussi prévus des colloques, rencontres et débats entre lecteurs et auteurs, entre lecteurs et chercheurs (sur la culture de la lecture et les méthodes de lecture), un programme de collecte de livres en faveur de localités en difficulté et du district insulaire de Truong Sa.

De la rue à la «Capitale du livre»

Des livres sont vendus sur la rue Pham Van Dông à Hanoi.
Photo : Minh Tu/VNA/CVN

ÀHanoï, les rues Dinh Lê et Nguyên Xi  sont considérées depuis longtemps comme les  «Marchés des livres». Crées spontanément, on y peut choisir des ouvrages neufs ou ancien, chacun à sa convenance. Pourtant, difficile de trouver un espace calme pour les lire, et encore moins de pouvoir rencontrer ou échanger avec les auteurs connus.

C’est ainsi que ces Fêtes du livre organisées ces dernières années ont rencontré un vif succès. Elles sont devenues des rendez-vous incontournables pour les amoureux de la lecture. Mais malgré l’engouement pour les colloques et les tables rondes organisés en marge de l’événement, ou encore les milliers d’exemplaires vendus, on peut se demander si cela reste suffisant.

En réponse, le dit Service de la culture et de l’information a élaboré un projet construit sur deux axes. Selon Trân Thi Mai Dung, cheffe du Bureau des relations avec la presse dudit Service, «une première partie consiste à faire de la rue du 19 Décembre la +Rue du livre+. D’une longueur de 140 m, elle se trouve au centre ville. De plus, ce choix n’influera pas sur la vie quotidienne des habitants, ainsi que des bureaux qui y sont installés». Elle précise qu’une vingtaine de stands de prestigieux éditeurs s’y établiront. De plus, des lieux auxiliaires seront érigés pour permettre la tenue d’événements culturels, comme des colloques et des présentations de livres notamment à l’occasion de grandes fêtes nationales. Un monument commémoratif dédié aux morts pour la capitale en 1946 sera également construit et accompagné d’un jardin fleuri.

Les premières réactions des habitants sont plutôt positives. Truong Thanh Hoa, domiciliée dans le quartier de Dinh Công, explique que cette rue du 19 Décembre était autrefois le cimetière des Hanoïens morts pour la capitale en décembre 1946. Après la réunification du pays, elle fut baptisée du même nom en hommage. Ainsi, y implanter la «Rue du livre» revêt une signification des plus importantes : un lieu emblématique, lié à des activités culturelles, va permettre aux amoureux de la lecture de mieux comprendre l’histoire de leur ville.

Concernant la deuxième phase du projet, l’idée est de créer une deuxième «Rue du livre», mais cette fois-ci ambulante. Elle couvrira les zones piétonnes autour du lac de l’Épée restituée. Les rues Dinh Lê et Nguyên Xi seront par conséquence réorganisées et embellies pour assurer un espace culturel et agréable à vivre. En outre, les rue Lê Thach et Lê Lai, ainsi que les zones derrière la statue du roi Ly Thai Tô agrandiront cet espace lors des week-ends. Il est prévu que la «Rue du livre» soit inaugurée le 19 décembre prochain, à l’occasion du 70e anniversaire de la Journée de la défense nationale.

Avec un tel projet, Hanoï caresse le rêve de devenir la «Capitale mondiale du livre». Mais le chemin est long. Les défis sont encore à surmonter, notamment en matière de formation dans le secteur de l’édition, de l’implantation d’une zone industrielle réservée à l’imprimerie, ou encore du besoin de développer un réseau de distribution solide et la construction d’un centre pour les livres de langues étrangères.

Huong Linh/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

L'InterContinental Danang reconnu L'InterContinental Danang Sun Peninsula Resort a dépassé de grands noms du secteur pour gagner le prix prestigieux de "Meilleur resort de luxe du monde" (World's Leading Luxury Resort 2016), lors de la cérémonie de remise des "World Travel Awards - WTA" organisée le 2 décembre aux Maldives.