15/10/2016 16:08
Le géant américain de l'internet Google et la Société interaméricaine de presse (SIP) ont annoncé jeudi 13 octobre à Mexico une alliance pour protéger médias et organisations des cyberattaques visant à les censurer, de plus en plus fréquentes.
>>La cyberattaque contre Yahoo, nouveau coup dur pour un groupe en déclin
>>États-Unis : nouvelle cyberattaque contre le parti démocrate

Google et la Société interaméricaine de presse annoncent une alliance pour protéger médias et organisations des cyberattaques visant à les censurer. Photo : AFP/VNA/CVN

L'alliance, baptisée "Projet Bouclier" pour l'Amérique latine, est un "service gratuit" qui utilise les infrastructures de Google pour "protéger les sites d'information et la liberté d'expression des attaques par déni de service (DoS)", a annoncé la SIP, réunie dans la capitale mexicaine à l'occasion de son assemblée générale, dans un communiqué.

Le service, créé par Jigsaw, qui fait partie de la matrice de Google, a été mis au point pour des éditeurs indépendants "de toute taille", mais également les organisations de défense des droits de l'Homme et les groupes d'observation électorale, qui sont "la cible fréquente d'attaques de type DoS".

Ces attaques cybernétiques représentent "une des formes les plus pernicieuses de censure digitale au XXIe siècle et elles se développent à un rythme alarmant", poursuit la SIP, citant les intrusions au sein de la chaîne de télévision britannique BBC ou du site du quotidien argentin Pagina 12.

Un rapport de l'entreprise Neustar, spécialisée dans l'analyse d'Internet et citée par la SIP dans son communiqué, alerte sur le fait que n'importe quel portail d'accès à internet a une chance sur deux de subir une attaque cybernétique.

Le pourcentage s'élève à 80% pour les sites qui ont déjà subi une attaque.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Maroc - Vietnam : Une longue amitié pas prête de s'éteindre

Hô Chi Minh-Ville, l’une des plus belles villes d’Asie Selon le magazine Condé Nast Traveler, plus de 10 villes en Asie, dont Hô Chi Minh-Ville classée 7e, ont dépassé des destinations célèbres comme New York, Londres et Paris pour entrer dans la liste des plus beaux endroits du monde.