08/03/2017 09:59
François Fillon, qui a remporté son bras de fer au sein de LR, a lancé un appel au "rassemblement" de la droite et du centre, mardi 7 mars lors d'un meeting à Orléans, après de nouvelles révélations sur un prêt non déclaré accordé par l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière.
>>Lâché par son camp, Fillon s'accroche en s'appuyant sur la foule du Trocadéro
>>Présidentielle française : 71% des Français contre le maintien de Fillon
>>France : Penelope Fillon apporte un soutien total à son mari

François Fillon (gauche), ici le 17 septembre 2009 à Paris, avec l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le candidat de la droite à la présidentielle "n'a pas jugé utile de faire figurer" sur sa déclaration de patrimoine adressée à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ces 50.000 euros, empruntés en 2013, selon Le Canard enchaîné.

Lors de son audition le 30 janvier, dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de son épouse et de deux de ses enfants, François Fillon a "spontanément" dit aux enquêteurs qu'il avait oublié de mentionner ce prêt dans sa déclaration de patrimoine, a déclaré son avocat Me Antonin Levy.

Ce prêt personnel "a été intégralement remboursé", selon Me Levy. Marc Ladreit de Lacharrière, via son avocat, Me Emmanuel Brochier, a confirmé avoir accordé un prêt sans intérêts de 50.000 euros à François Fillon, qui l'a remboursé.

Reste que les juges d'instruction auront à décider s'ils mettent ou non François Fillon en examen le 15 mars également pour ce volet, qui s'ajoute à l'affaire des possibles emplois fictifs de son épouse Penelope et deux de ses enfants.

Ce rendez-vous judiciaire tombe deux jours avant la clôture du dépôt des candidatures à la présidentielle. D'ici là, François Fillon, décroché par Marine Le Pen et Emmanuel Macron dans plusieurs sondages, compte bien battre la campagne et concrétiser le rassemblement.

Meeting de François Fillon à Orléans, le 7 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN

En attendant, l'ex-Premier ministre continue de faire campagne sur le terrain. Mardi soir 7 mars à Orléans (Eure-et-Loir), il a lancé un appel aux centristes à le "rejoindre", affirmant que droite et centre avaient "les mêmes valeurs" et "les mêmes objectifs". "C’est ensemble que nous bâtirons la majorité gouvernementale qui redressera la France", a-t-il déclaré, devant environ 4.000 personnes, parmi lesquelles le député UDI du Loir-et-Cher Maurice Leroy.

Au même moment, l'UDI, qui lui avait retiré son soutien le 3 mars et dont le président Jean-Christophe Lagarde avait demandé lundi 6 mars qu'il soit remplacé, réunissait son bureau exécutif pour savoir quelle position adopter.

«Beaucoup d'interrogations»

L'obstination du candidat a eu raison des tentatives de lui trouver un remplaçant. LR lui a "unanimement" renouvelé son soutien lundi soir 6 mars, malgré une ultime offensive sarkozyste pour le convaincre de lâcher prise.

Pour le président du Sénat, Gérard Larcher, qui avait lui-même conseillé la semaine dernière à François Fillon d'arrêter, "le débat a été clos à 10h30 du matin" lundi 6 mars lorsqu'Alain Juppé a définitivement renoncé à être un recours. "Aujourd’hui, il n’y a pas d’autre alternative que François Fillon", a fait valoir M. Larcher.

Rassemblement de soutien à François Fillon, le 5 mars à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

Cependant, il n'y aura pas l'"image de rassemblement" souhaitée par une rencontre entre Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon, qui aurait pu avoir lieu mercredi 8 mars. L'entourage du candidat et celui de l'ancien chef de l'État, qui en était à l'initiative "pour trouver une voie de sortie digne", se sont renvoyé la responsabilité de l'annulation.

Les camps sarkozyste et juppéiste se sont réunis mardi 7 mars, le premier du côté de l'Assemblée nationale, le second au Sénat.

Les élus sarkozystes, se disant "lucides et responsables", ont affiché leur soutien à François Fillon et décidé de "faire campagne à fond" désormais, malgré les réticences de certains. Chez les juppéistes, Jean-Pierre Raffarin et Valérie Pécresse ont tenté de ramener les dissidents vers François Fillon.

Après une semaine qui a suscité "beaucoup d'interrogations et de doutes", à la réunion hebdomadaire des députés LR, tous se sont "rassemblés", a assuré leur président Christian Jacob, qui a demandé dans chaque département une mobilisation, "un raz-de-marée des Républicains", à 47 jours du premier tour de la présidentielle.

Selon Bernard Accoyer, secrétaire général LR, François Fillon a "d'ores et déjà organisé un certain nombre de contacts avec ceux qui s'étaient éloignés".

Au-delà des personnes, le candidat, accusé par Alain Juppé et le centriste Jean-Christophe Lagarde d'avoir radicalisé sa campagne, va devoir s'efforcer de reconstituer les pièces dispersées du puzzle de la droite et du centre.

Il a du souci à se faire avec les centristes qui n'ont pas ménagé leurs critiques. Luc Chatel a assuré mardi 7 mars que l'accord sur les législatives, "qui était pratiquement bouclé" avec l'UDI, "n'est pas caduc". "Nous souhaitons la reprise des discussions, dès maintenant. Il faut échanger sur la présidentielle et sur les législatives", a-t-il dit.

AFP/VNA/CVN




 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam