08/10/2016 15:55
Les États-Unis ont battu Cuba 2 à 0 le 7 octobre à La Havane, sur une pelouse pas vraiment digne d'une rencontre internationale, lors d'un match amical que l'on retiendra surtout pour sa portée diplomatique.
>>Vietnam-Cuba : Hô Chi Minh-Ville renforce ses relations d’amitié avec La Havane

Le gardien de l'équipe de Cuba, Sandy Sanchez s'empare du ballon lors du match amical contre les États-unis, à La Havane, le 7 octobre 2016.
Photo : AFP/VNA/CVN

Première rencontre amicale entre les anciens ennemis de la guerre froide depuis 47 ans, le match se voulait surtout l'illustration de la nouvelle relation entre La Havane et Washington, engagés depuis fin 2014 dans un spectaculaire rapprochement.

Et encore une fois, ce sont les États-Unis qui l'ont emporté, comme quasiment à chaque fois depuis 1947, date de la première - et ultime - victoire de Cuba contre "Team USA". Mais cette fois le score fut opportunément honorable pour les Cubains, ne troublant pas le climat de réconciliation ambiant.

À l'issue de la rencontre, le soulagement du sélectionneur des États-Unis Jürgen Klinsmann était visible : il n'a pas eu à déplorer de blessés en pleine préparation pour le dernier tour des qualifications de la Concacaf en vue de la Coupe du Monde 2018. "Personne, même Dieu, ne pourrait perfectionner la technique d'un athlète sur un tel terrain", pestait dans les gradins le professeur de culture physique de 54 ans Manuel Diaz.

De fait, l'écart était patent sur la pelouse entre le 22e au classement Fifa et le 193e, dont les jeunes joueurs n'ont pas démérité bien que manquant de percussion et de lucidité en fin de match.

"Pas de complexe"

Mais l'intérêt de la rencontre était ailleurs. Dans l'ambiance bon enfant des gradins clairsemés, par exemple, où les supporters des deux pays chantaient ensemble, brandissant pour certains le drapeau de l'adversaire, conscients de vivre un petit moment d'histoire.

Sous la chaleur étouffante de cette fin de saison humide, les jeunes Cubains, très remuants et appliqués, ont failli faire illusion en première partie de match, malgré l'ampleur de la tâche.

Et lorsque la frappe tendue de Mayquel Reyes, du club mexicain de Cruz Azul, heurta le poteau à la 57e minute, les spectateurs se prenaient à y croire.

Mais la tendance fut rapidement renversée, confirmant les propos d'avant-match du capitaine cubain Daniel Diaz, qui avouait ne pas comprendre pourquoi les États-Unis "écrasent toujours" Cuba. "On n'a pas gagné mais on s'est bien comportés sur le terrain, sans complexes, face à un adversaire bien supérieur", a ensuite analysé devant la presse le milieu de terrain cubain Josel Piedra.

"Je suis convaincu que le sport peut bâtir des ponts, ça a toujours été le cas. Il n'y a pas meilleur moyen de rapprocher des gens qui peuvent avoir des cultures politiques, des philosophies et des manières de penser différentes", résumait Jürgen Klinsmann après le coup de sifflet final.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Le Parc national de Ba Bê vaut vraiment le détour Le Parc national de Ba Bê est situé dans la province de Bac Kan, à environ 170 km au Nord de Hanoï. Ce site naturel offre un paysage grandiose et une grande diversité biologique.