02/04/2017 09:25
Fort de 300 ans d’histoire, le 5e arrondissement de Hô Chi Minh-Ville, plus connu sous le nom de Chợ Lớn, est une plaque tournantedu commerce du Sud du pays. Également dédié aux soins et remèdes en tous genres, il est une véritable attraction touristique.
>>Le tourisme de Hô Chi Minh-Ville veut sortir le grand jeu
>>Tourisme : vers plus d’efficacité économique

Le 10e quartier du 5e arrondissement de Hô Chi Minh-Ville fleure bon le parfum des herbes, des matières orientales telles que le baume vietnamien (Elsholtzia cristata), le ganoderme luisant ou la menthe. Il en va ainsi depuis une centaine d’années. Et l’espace est fort fréquenté par des clients fidèles et des touristes. Ces établissements présentent des produits utilisés dans la médecine orientale et ces cabinets de consultation et de traitement médicaux sont apparus en même temps que le quartier. Ils n’ont jamais été aussi dynamiques.

Pharmacopée orientale

Entre 08h00 et 22h00, il y a foule. Environ 120 établissements fournissent en gros et au détail une palette quasi infinie de produits. Ces matières premières médicinales proviennent souvent des provinces telles que Dak Lak, Gia Lai, Lâm Dông (hauts plateaux du Centre), Tiên Giang et An Giang (Sud), voire même de Chine. Et pas question de tromper le consommateur puisqu’ici, les maisons doivent prouver l’origine de l’importation. Par ailleurs, le prix et le logo des producteurs doivent clairement apparaître sur les médicaments.

Le 5e arrondissement est un gros fournisseur de produits à usage thérapeutique.

Fin 2016, le 5e arrondissement s’est fixé pour objectif d’être une destination touristique de choix afin d’augmenter le revenu des commerçants. Actuellement, 19 magasins de la rue Luong Nhu Hoc ont été rénovés et sont prêts à accueillir les touristes. «Quand ma rue a été transformée en quartier touristique, j’ai ajouté plusieurs articles d’herboristerie du Sud et du Nord. Tous les produits ici sont de grande qualité. Les clients peuvent acheter les yeux fermés», informe Nguyên Thuy Nguyêt, propriétaire du magasin Thành Phat, rue Luong Nhu Hoc.

Mai Ngoc Duoc, directeur de la Sarl des produits de médecine orientale Duoc Phat, située aussi dans la rue Luong Nhu Hoc, affirme qu’à «partir du moment où les autorités ont instauré ce programme, notre chiffre d’affaires a progressé de 20% à 70% par mois». Cette année, les deux rues Hai Thuong Lan Ông et Triêu Quang Phuc seront aussi embellies.

Outre les pharmacies traditionnelles, Chợ Lớn compte 56 cabinets de consultation et de traitement selon la médecine traditionnelle. D’après Musa Hanipha, vice-président de l’Association de la médecine orientale du 5e arrondissement, l’association regroupe 500 médecins traditionnels qui possèdent évidemment le permis de travail délivré par le ministère vietnamien de la Santé.

Tradition chinoise

Avec ses 300 ans d’histoire, le 5e arrondissement de Hô Chi Minh-Ville dispose de bâtiments et de pagodes d’architecture chinoise. Une large communauté chinoise est en effet établie ici et fait du quartier l’un des plus grands centres de commerce du Vietnam. «C’est un quartier où culture et solidarité entre Vietnam et Chine sont la norme», signale Musa Hanipha.

Les touristes peuvent profiter des soins et des remèdes prodigués à Chợ Lớn.

Désormais, le quartier veut attirer les touristes étrangers. «Certains touristes occidentaux sont attirés par nos métiers et ils veulent les étudier. Je leur ai répondu que ça prenait beaucoup de temps. Ils sont repartis déçus...», soupire Trân Dinh Hông Nhung, docteure au Cabinet de diagnostic et de traitement selon la médecine traditionnelle Bôi An Duong. Nguyên Thuy Nguyêt ajoute qu’elle a souvent accueilli dans son magasin des touristes britanniques pour acheter du baume du tigre.

Selon le plan de développement touristique de la ville en 2017, neuf produits touristiques spéciaux sont à l’honneur et doivent faire du tourisme l’un des secteurs économiques stratégiques de la ville. «Le tourisme associé aux soins et remèdes du 5e arrondissement est un de ces produits typiques», précise Trân Vinh Tuyên, vice-président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville.

Lê Thi Loan, responsable du Bureau de l’économie du Comité populaire du 5e arrondissement, souligne qu’«outre le quartier oriental, nous portons intérêt à la rue Nguyên Trai afin d’attirer les touristes pour la gastronomie et l’habillement. Le marché de nuit dans la rue Hùng Vuong est spécialisé dans la vente et l’achat de l’or, de l’argent et de pierres précieuses».

Enfin, l’arrondissement coopère avec les voyagistes Saigontourist et Bên Thành tourist dans l’organisation de circuits spécifiques. Les touristes peuvent ainsi visiter le quartier chinois, les pagodes, goûter aux spécialités culinaires traditionnelles, faire du shopping ou encore descendre dans des hôtels cinq étoiles.

Texte et photos : Dang Huong/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Maroc - Vietnam : Une longue amitié pas prête de s'éteindre

Hô Chi Minh-Ville, l’une des plus belles villes d’Asie Selon le magazine Condé Nast Traveler, plus de 10 villes en Asie, dont Hô Chi Minh-Ville classée 7e, ont dépassé des destinations célèbres comme New York, Londres et Paris pour entrer dans la liste des plus beaux endroits du monde.