30/11/2016 18:56
Le marché des cartes bancaires au Vietnam a récemment témoigné d’une impressionnante évolution en termes de nombre de cartes comme de services associés à ce moyen de paiement. S’agit-il d’une croissance durable alors que les banques comme leurs clients n’exploitent pas vraiment les avantages des cartes ?
>>Lancement du magasin en ligne de Vinamilk
>>L’e-visa pour le Vietnam sera délivré à partir de janvier 2017
>>Vietinbank, meilleure banque de vente de détail du Vietnam en 2016

Le marché des cartes bancaires au Vietnam connaît un épanouissement ces dernières années. Photo : Archives/CVN

Ces dernières années témoignent un essor du marché des cartes bancaires en matière de la quantité des cartes émises. Ces résultats positifs ont été également appréciés lors d'une conférence présentant les perspectives pour les transactions par carte bancaire et par porte-monnaie électronique, organisée par le ministère de l'Industrie et du Commerce. 

Selon les statistiques de Banking Vietnam, ce développement s’exprime d’abord par le nombre de cartes domestiques et internationales émises, qui était de 99,5 millions de cartes fin 2015. Par ailleurs, le Vietnam possède 17.000 distributeurs automatiques de billets (DAB) et 30.000 terminaux de paiement électronique (TPE). Tous les efforts de diversification des produits et des services de paiement ont porté leurs fruits, se concrétisant par une forte augmentation des revenus tirés des frais de tenue de compte et des transactions via carte bancaire, respectivement de 126% et 88% par rapport à 2011.

Une croissance davantage en quantité qu’en qualité

Lors de cette conférence, les spécialistes de l’Institut d’études commerciales ont estimé que cette évolution du marché des cartes bancaires correspondait aux tendances mondiales en matière de paiement électronique. Les statistiques de Nilson indiquent effectivement la réalisation de 227,08 milliards de transactions par cartes dans le monde en 2015, soit une croissance de 16,1% en un an.

La majeure partie des revenus dégagés par les banques provient des frais de retrait en DAB, de l’ordre de 85%.
Photo: Hoàng Hai/VNA/CVN

Toutefois, il est admissible de constater que le développement du marché des cartes bancaires au Vietnam ne se limite qu’au nombre de cartes, par manque d’une véritable progression en termes de qualité. "La majeure partie des revenus dégagés par les banques provient des frais de retrait en DAB, de l’ordre de 85%, alors que la rentabilité de ces outils tient surtout aux transactions via carte bancaire", constate Lê Huy Khôi, économiste de l'Institut d'études commerciales.

Cette situation paradoxale s’explique par les habitudes de consommation des Vietnamiens qui privilégient le paiement en liquide plutôt que par carte bancaire, notamment en zone rurale. De plus, le coût des commissions pour les TPE, encore élevé, est une contrainte pour les commerçants. Du côté des particuliers usagers, ces derniers subissent une hausse des tarifs bancaires, notamment des frais de retrait en DAB hors du réseau de leur banque, de virement, de prélèvement..., ajoute cet expert. 

Les économistes ont proposé à la Banque d’État de travailler avec les départements concernés en vue de simplifier les démarches administratives afin que ces organismes étatiques soient autorisés à acquitter les impôts en ligne. En outre, il faut élaborer une réglementation obligeant les commerçants à réaliser leurs transactions par virement bancaire, ce qui assurera une plus grande transparence dans la gestion des activités commerciales tout en favorisant le développement des services bancaires électroniques.

Hông Anh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Ngoc Lan, le somptueux hôtel pour se dire «oui» Outre ses services de qualité, l’hôtel Ngoc Lan à Hô Chi Minh-Ville est une adresse prisée par les jeunes couples dans la mégapole du Sud pour célébrer leur mariage.