07/10/2016 13:51
Après plus d’un mois de fonctionnement, les rues piétonnières autour du lac Hoàn Kiêm connaissent un grand succès. Le nombre d’habitants locaux et de touristes qui les arpentent chaque week-end ne cesse d’augmenter. Les jeux traditionnels qui y sont organisés ont beaucoup contribué à cette réussite.
>>La zone autour du lac Hoàn Kiêm devenue piétonne
>>Le nouveau défi : éviter de faire fausse route
>>Hanoï élargit son espace piétonnier pour la 3e fois

Des piétons jouent au "ô ăn quan" (jeu des cases) devant la statue des Martyrs au bord du lac Hoàn Kiêm, au cœur de Hanoï.
Photo : VNA/CVN

Un beau dimanche de septembre. Le parking de la rue Ly Thai Tô est rempli de scooters et de voitures. Le temps est agréable, des milliers de personnes arpentent joyeusement les rues autour du lac Hoàn Kiêm.

Devant la statue des Martyrs, on vend des masques en papier mâché. Des enfants et même des adultes tirent à la corde, certains jouent au ô ăn quan (jeu des cases)... Au pied de la tour du Pinceau, un jeune homme marche avec des échasses sous les encouragements des piétons, notamment des enfants. Un vrai spectacle pour ces petits citadins. Certains d’entre eux demandent au jeune homme d’essayer ses échasses, ce qu’il accepte bien volontiers.

Un peu plus loin, des enfants jouent au foot. À côté, de jeunes sportifs disputent une âpre partie de badminton. Assis sur un banc près de la statue du roi Ly Thai Tô, Trân Thuy Linh éponge la sueur de ses petites filles. En pointant du doigt l’esplanade devant la statue, elle rit : «Nous venons de tirer à la corde là-bas. C’est fatiguant mais très amusant. Jamais je n’aurais pensé que mes filles pourraient pratiquer ici ce jeu campagnard».

De nombreux adultes, avec parmi eux des étrangers, participent à ces jeux. «Cela fait plusieurs décennies que je n’avais pas vu d’enfants jouer au +ô ăn quan+ à Hanoï», confie Bùi Truong Tho. Sa femme Trân Thu Huong ajoute : «Quand mon mari a vu un groupe de jeunes tirant à la corde, il m’a donné sac et bouteille d’eau pour y participer. Quelle rigolade !».

Célie Frédéric, professeur de français au Lycée français Alexandre Yersin à Hanoï, est venu humer l’atmosphère des rues piétonnes en famille : «Nous habitons au Vietnam depuis dix ans. Mais c’est la première fois que nous voyons des jeux traditionnels vietnamiens !».

Des jeux vecteurs de rencontre et de convivialité

Le tir à la corde est un des jeux traditionnels les plus prisés ici.
Photo : Nguyên Van Canh/VNA/CVN

Depuis que les rues autour du lac Hoàn Kiêm sont devenues piétonnes (tous les week-ends depuis le 1er septembre), les jeux traditionnels ont essaimé un peu partout. Ils sont un des éléments qui contribuent à leur succès. MyHanoï, un club d’amoureux de la ville, est à l’origine du retour de ces jeux dans l’espace public. «Les jeux traditionnels font face à la concurrence des jeux vidéos. La menace de disparition est réelle», déplore Nguyên Thi Thu, 20 ans, étudiante et membre du club.

«Les enfants de la capitale manquent d’aires de jeux. Nombre d’entre eux ne connaissent pas les jeux de leurs parents ou grands-parents. Nous les apportons dans les rues piétonnes pour à la fois les vulgariser, les conserver et aussi créer de nouveaux espaces de jeux pour les enfants. Nous avons des bénévoles qui sont prêts à les guider. Ces jeux rapprochent tout le monde, ce sont de vrais vecteurs de rencontre et de convivialité», ajoute-t-elle.

«Remettre au goût du jour et développer des valeurs morales et culturelles, c’est ce que moi et tous les membres du club désirons ardemment», explique Ngô Quy Duc, chef du club.

«Bien que nous recevions des aides du Service de la culture et de l'information et du Comité populaire de l’arrondissement de Hoàn Kiêm, il reste beaucoup de difficultés, notamment financières. Nous sommes ouverts à toutes les formes d’aides», fait savoir Hoàng Anh, 18 ans, membre du club.

Huy Hoàng/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines