20/11/2016 16:19
"Ici, même nos traditions ont perdu leur saveur" : déracinés dans un camp après avoir fui le groupe État islamique (EI), Solaf Hossein et sa famille craignent de perdre leur culture yézidie même si les forces irakiennes progressent contre les jihadistes.
>>Les actes de l'EI en Irak : des crimes de guerre voire un génocide
>>L'État islamique relâche quelque 200 yézidis détenus dans le Nord de l'Irak

Des réfugiés yézidis ayant fui les jihadistes de l'EI dans un camp à Dohouk, le 17 novembre 2016.
Photo : AFP/VNA/CVN

Un mois après le lancement d'une vaste offensive pour reprendre la ville de Mossoul, dernier bastion de l'EI dans le Nord de l'Irak, les forces loyales à Bagdad ont reconquis du terrain et des localités comme Bachiqa, la ville où vivait Solaf avec de nombreux membres de sa famille.

Mais il faudra encore beaucoup de temps avant que les dizaines de milliers de déplacés de la minorité yézidie puissent revenir dans leur foyer.

Alors, après plus de deux ans loin de chez elle, Solaf a peur que le temps et l'éloignement finissent par détruire une culture que ses ancêtres ont pourtant su préserver durant des milliers d'années, malgré les persécutions.

Les Yézidis sont une minorité kurdophone adepte d'une religion monothéiste pré-islamique, qui a intégré au fil du temps des éléments de l'islam et du christianisme.

La tradition yézidie interdit de se marier hors de la communauté.

Dépourvus de livre sacré et organisés en castes, ils prient en direction du soleil et vénèrent sept anges dont le principal est Melek Taous ("l'Ange-Paon").

Mais dans le camp de déplacés de Charia, "ce n'est pas comme avant. Tout nous manque, nos temples, nos événements", explique Solaf, une femme déterminée aux longs cheveux roux attachés en queue de cheval.

"Même nos costumes et nos traditions ont perdu leur saveur", poursuit-elle, assise avec sa famille sous une tente qui leur sert de maison comme à des milliers d'autres membres de leur communauté.

Le temps où ils vivaient confortablement dans la vaste demeure construite par les ancêtres de son mari à Bachiqa semble appartenir à un passé révolu.

Depuis que les forces kurdes, alliées à l'armée irakienne dans l'offensive sur Mossoul, ont repris Bachiqa, la famille n'a pu voir cette maison que sur des images filmées sur un téléphone par un combattant yézidi impliqué dans la bataille.

"Jamais plus comme avant"

Un réfugié yézidi montre une photo d'un monument religieux traditionnel de la communauté, le 17 novembre 2016, à Dohouk, en Irak.
Photo : AFP/VNA/CVN

Si la structure tient toujours, l'intérieur est ravagé et il faudra encore beaucoup de temps pour sortir les décombres et reconstruire.

"Nous aimerions revenir chez nous, même seulement une heure", explique Solaf.

Une réinstallation définitive semble hors de portée à court terme.

Outre les longs efforts pour débarrasser les villes reconquises des nombreux explosifs laissés par l'EI, une reconquête complète de Mossoul prendra encore du temps et beaucoup de Yézidis ne veulent pas se réinstaller avant que la menace de l'EI ait complètement disparu.

La brutalité des exactions subies reste encore dans toutes les têtes.

En mars 2015, l'ONU avait qualifié l'assaut de l'EI contre les Yézidis en Irak de "tentative de génocide" et réclamé la saisie de la Cour pénale internationale (CPI).

"L'EI a cherché à éradiquer les Yézidis en les tuant, en les réduisant en esclavage, parfois sexuel, en les torturant", précisait l'organisation.

Selon un bilan dressé en août 2015 par le gouvernement du Kurdistan irakien, sur les 550.000 Yézidis d'Irak, 400.000 ont été déplacés par les combats. Environ 1.500 sont morts et près de 4.000 sont en captivité.

"L'EI a commis beaucoup de mauvaises choses contre la communauté yézidie et notamment contre les femmes. (...) Nous vivions dans la paix et je ne sais pas pourquoi ils nous ont visés", dit Solaf.

Cette femme âgée de 35 ans craint que les choses "ne soient jamais plus comme avant" mais elle ne s'avoue pas battue malgré tout.

"Main dans la main, les Yézidis continueront de reconstruire leur communauté et si Dieu nous aide, elle se reconstituera".

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Diên Biên se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia La province de Diên Biên (Nord) se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia qui doit avoir lieu du 11 au 14 mars 2017.