10/03/2017 09:53
Un gisement de pétrole d'environ 1,2 milliard de barils "récupérables" a été découvert en Alaska, a annoncé le 9 mars la compagnie pétrolière espagnole Repsol, parlant de "la plus grande découverte conventionnelle d'hydrocarbures des 30 dernières années sur le sol américain".
>>Deux loutres d'Alaska font leur entrée au parc Océanopolis de Brest
>>Des agressions sur l'Iditarod, célèbre course de chiens de traîneau en Alaska

Logo de la compagnie pétrolière espagnole Repsol à Madrid.
Photo : AFP/VNA/CVN

En septembre 2016, la compagnie pétrolière américaine Apache avait annoncé avoir découvert au Texas un gisement non conventionnel, dont l'exploitation requiert des techniques plus complexes et coûteuses (pétrole de schiste, sables bitumineux, gisements offshore...), estimé à 3 milliards de barils.

La découverte de "Repsol et (de) son partenaire (américain) Armstrong Energy" représente "un potentiel maximal de 120.000 barils par jour", selon la compagnie espagnole. Un porte-parole a précisé qu'il s'agissait de la plus importante découverte de l'entreprise Repsol depuis le gisement de Perla au Venezuela mis au jour en 2009.

Les deux compagnies ont réalisé leur nouvelle découverte dans deux puits distincts (Horseshoe-1 et Horseshoe-1A), dans la région de North Slope à l'extrême nord du continent américain, relevant d'une concession leur appartenant nommée Pikka. La région de North Slope était considérée comme en déclin.

La production pourrait commencer en 2021. Repsol en exploiterait 49% contre 51% pour Armstrong.

"Il est prévu qu'un pourcentage significatif des ressources identifiées soient requalifiées comme réserves prouvées et probables une fois obtenues les licences administratives", a précisé la compagnie espagnole.

La découverte pourrait porter, selon le communiqué du groupe espagnol, à 1,2 milliard de barils la quantité de pétrole exploitable par Repsol et Armstrong dans la formation géologique de Nanushuk. L'exploitation dépend cependant encore d'une décision finale d'investissements, d'éventuelles autorisations et de considérations techniques, a souligné un porte-parole.

L'Alaska dispose de réserves de pétrole parmi les plus importantes des États-Unis. Elles font l'objet d'une bataille entre défenseurs de l'environnement et compagnies pétrolières souhaitant forer davantage dans des aires protégées. Le nouveau président américain Donald Trump a promis d'y ouvrir à l'exploitation une plus grande partie du domaine public.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le dernier écrivain public de la poste centrale de HCM-Ville