29/10/2016 09:41
Il faut faire des crevettes l’un des produits stratégiques du Vietnam sur le marché mondial, au terme d’un processus qui comprendra en son cœur la création d’un label, a affirmé le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Nguyên Xuân Cuong.
Selon le Département général de l’aquaculture, le Vietnam a exporté en 2015 pour 2,95 milliards de dollars de crevettes. Il est aujourd’hui le troisième producteur mondial, après la Chine et l’Indonésie, dépassant la Thaïlande, qui a connu l’année dernière des problèmes d’épizooties dans ses élevages. C’est ce qui ressort du rapport réalisé par l’ONG Sustainable Fisheries Partnership (SFP) de 2015 sur l’élevage de crevettes en Asie du Sud-Est.

Le Vietnam est devenu le 3e exportateur mondial de crevettes en 2015. 
Photo : Vu Sinh/VNA/CVN

Parmi les dix pays étudiés figurent le Vietnam, la Thaïlande, l’Inde et l’Indonésie, quatre pays qui représentent, à eux seuls, plus de la moitié des exportations mondiales avec un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de dollars chacun. Ces pays investissent massivement dans l’élevage des crevettes à pattes blanches. Par ailleurs, toujours selon ce rapport, les États-Unis, l’Union européenne et le Japon demeurent les premiers marchés pour les crevettes asiatiques.

Exportations de produits aquatiques en hausse

Selon l’Association de transformation et d’exportation de produits aquatiques du Vietnam (VASEP), en 2016, l’Accord de partenariat transpacifique et les accords de libre-échange auront un effet positif sur l’export de crevettes vietnamiennes. Malgré les fluctuations de change, les exportations devraient croître d’environ 12% sur un an pour atteindre près de 3,3 milliards de dollars cette année. En 2015, le pays comptait plus de 550.000 ha d’élevages de crevettes géantes tigrées, et ceux-ci atteindront 600.000 ha d’ici à la fin de cette année. S’agissant des crevettes à pattes blanches, on est passé de 42.000 ha en 2015 à 95.000 ha en 2016 selon les prévisions.

L’aquaculture du Vietnam a fait face à une sécheresse imprévue et à d’importantes remontées d’eau de mer. Mais si le Vietnam subit de plein fouet les conséquences du changement climatique, le pays peut les transformer en avantages, notamment en ce qui concerne l’élévation du niveau des océans et la salinisation du delta du Mékong, où une partie de la superficie de riziculture peut être employée à l’aquaculture.

Pour élaborer un label, l’Union européenne finance plus de 2,5 millions d’euros pour le projet de «Développement d’une chaîne de valeur durable et équitable dans la production de crevettes au Vietnam». Il est mis en œuvre depuis mars 2016 jusqu’en février 2020 dans les provinces méridionales de Soc Trang, Bac Liêu et Cà Mau. Ce projet concerne près de 20.000 éleveurs, 25.000 employés d’usines de transformation, et 20.000 habitants des 40 communes de ces trois localités. Il permettra aux éleveurs et aux entreprises locales d’accéder au financement bancaire et d’employer les ressources naturelles de manière raisonnée.

Selon Oxfam Vietnam, le secteur de l’aquaculture - qui, à lui seul, représente plus de 3% du PIB national - connaît une croissance annuelle de 6,82%, et ce, en partie grâce aux crevettes, des produits majeurs pour l’exportation.

Des opportunités pour les crevettes en Australie

Revenu de sa récente visite en Australie, le vice-ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Vu Van Tam, s’est montré optimiste devant la possibilité de voir les crevettes fraîches du pays être commercialisées sur le marché australien. «L’Australie enverra des inspecteurs au Vietnam le dernier trimestre de 2016 pour contrôler leur qualité», a-t-il annoncé. Avant de se déclarer confiant sur la conformité de celles-ci aux normes strictes  australiennes.

L’Australie a annoncé la possibilité d’une autorisation d’import de crevettes fraîches entières du Vietnam.  
Photo : Huynh Su/VNA/CVN

Selon le Service du commerce de l’ambassade du Vietnam en Australie, cette dernière est un grand consommateur de produits aquatiques dont les importations sont en forte hausse ces dernières années : 868 millions de dollars en 2011 contre 1,6 milliard en 2015. Aujourd’hui, le Vietnam est le quatrième exportateur de produits aquatiques en Australie après la Thaïlande, la Chine et la Nouvelle-Zélande. Cependant, il ne représente que 11,2% des importations australiennes dans ce segment qui s’élèvent à d’entre 50.000 et 60.000 tonnes par an. Compte tenu de la rigueur des normes australiennes, le Vietnam n’y commercialise que des crevettes transformées. Pire encore, ses ventes ont diminué de 25,6% en 2015, puis de 16% lors de ces sept premiers mois.

Si tous les résultats des procédures sont satisfaisants, les premières crevettes fraîches du pays arriveront sur le marché australien au début de 2017. Ce sera alors une grande opportunité pour le secteur de l’élevage et de l’export de produits aquatiques vietnamiens, car l’Australie est réellement un grand consommateur de produits aquatiques, en particulier de crevettes.

Tout récemment, le service commercial de l’ambassade du Vietnam en Australie a lancé une page web informant sur le marché australien. http://vietnamtradeoffice.net ou bien sur Facebook https://www.facebook.com/Vietnamtradeoffice/.
                                         
Thê Linh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Ngoc Lan, le somptueux hôtel pour se dire «oui» Outre ses services de qualité, l’hôtel Ngoc Lan à Hô Chi Minh-Ville est une adresse prisée par les jeunes couples dans la mégapole du Sud pour célébrer leur mariage.