30/01/2017 07:09
Le site de My Son, province de Quang Nam (Centre), dénombre 70 temples bâtis du VIIe au XIIIe siècle. Il n’a rien à envier à d’autres sites archéologiques phares d’Asie du Sud-Est tels qu’Angkor Wat, Pagan ou Borobudur.
>>Quand le patrimoine culturel vit avec la population
>>Chronologie des patrimoines vietnamiens reconnus par l’UNESCO
*>>Quang Nam veut attirer plus de 5 millions de touristes en 2017
>>Présentation d’un documentaire sur le sanctuaire de My Son

Des visiteurs au sanctuaire de My Son. Photo : Nhât Anh/VNA/CVN

My Son est situé dans la commune de Duy Phu, district de Duy Xuyên, province de Quang Nam, à environ 35 km à l’ouest de Hôi An et à 50 km au sud-ouest de Dà Nang. Ce sanctuaire est un ensemble de temples chams dont les racines spirituelles le rattachent à l’hindouisme. Il est constitué à la fois de temples dynastiques et temples dédiés à Shiva, construits de la fin du IVe au XIIIe siècle. Ce site fut pendant une longue période la capitale religieuse et politique du Royaume du Champa.

Le site est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999. Les ruines actuellement visibles comprennent les restes d’environ 70 temples et édifices annexes bâtis du VIIe au XIIIe siècle. Leur architecture en briques rouges est vraiment remarquable.

Coopération pour le développement

My Son accueille chaque année 300.000 visiteurs dont 70% d’étrangers. La tendance actuelle du secteur touristique de Quang Nam est de connecter My Son avec d’autres patrimoines du Centre afin de diversifier l’offre touristique. Hô Xuân Tinh, directeur adjoint du Service de la culture, des sports et du tourisme de Quang Nam, souligne que My Son se trouve dans le district de Duy Xuyên, une terre riche en sites historiques et à proximité de grands centres économiques de la région du Centre. Et My Son dispose aussi d’une position stratégique sur le Chemin des patrimoines du Centre (qui comprend aussi l’ancienne capitale impériale de Huê et le vieux quartier de Hôi An). Il s’agit de conditions favorables à une coopération régionale pour un développement durable. 

D’après Nguyên Công Dung, président du Comité populaire du district de Duy Xuyên, «pour développer le tourisme, ces dernières années, nous avons mis l’accent sur les infrastructures, la formation du personnel et des politiques d’attrait des investisseurs».

Le district a amélioré ses infrastructures afin d’attirer les investisseurs. L’ouverture au trafic du pont Cua Dai en mars dernier apportera de nouvelles opportunités de développement touristique. Le pont Giao Thuy, en construction, va permettre d’exploiter efficacement le potentiel des ethnies minoritaires vivant au pied de la cordillère de Truong Son.

À My Son même, le district a injecté ces deux dernières années 13 milliards de dôngs dans la voirie, la construction d’un théâtre pour des manifestations folkloriques Cham, de toilettes publiques aux normes. Actuellement, un projet de restauration de certains temples, financé à hauteur de 6 millions de dollars par l’Inde, est aussi en cours.

Phan Hô, chef du Comité de gestion des monuments historiques et du tourisme de My Son, souligne que le comité envisage de mettre l’accent sur le développement des infrastructures, des circuits écotouristiques et culturels et de coopérer avec les voyagistes. En outre, Quang Nam continue de créer de nouveaux produits touristiques orientés vers la préservation et la valorisation de la culture, de l’histoire du site pour conserver son statut de centre touristique de haute qualité.

Diversifier l’offre touristique à My Son

Les danses Cham sont devenues un produit indispensable à My Son.
Photo : Thanh Hà/VNA/CVN

D’après M. Hô,  les danses Cham sont le fruit de l’interférence entre le monde réel et le monde invisible. Elles sont devenues un produit indispensable à My Son. En dehors des chants et danses, les visiteurs ont aussi l’occasion de découvrir des fêtes originales de l’ethnie Cham. Notamment, le Mukhalinga, un linga avec la tête du dieu hindou Shiva, découvert à My Son en novembre 2012 et reconnu trésor national, a attiré un grand nombre de touristes vietnamiens et étrangers.

Grâce aux succès dans la gestion, la protection et la restauration, My Son est devenu l’une des destinations phares du Centre. En 2015, le site a accueilli 300.000 touristes, contre 22.000 en 1995. La préservation et la valorisation du site tout en créant des emplois pour les locaux sont la priorité du comité de gestion. Le secteur culturel de Quang Nam réfléchit aussi à l’élaboration de nouveaux services touristiques de haute qualité afin de valoriser le sanctuaire de My Son. 

Huong Linh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Concours "Expédition francophone 2017"

Pour son 42e anniversaire, c’est Saigontourist qui régale ! Saigontourist célébrera le 1er août ses 42 ans (1975-2017). L’occasion pour les hôtels, zones touristiques, restaurants et agences relevant de l’incontournable voyagiste de proposer une ribambelle d’offres alléchantes. Venez en profiter !