02/12/2016 17:50
Les maires des grandes villes du monde ont présenté jeudi 1er décembre à Mexico leurs recommandations pour réduire de moitié leurs émissions de gaz à effet de serre, sous peine de "payer le prix de l'inaction" et de voir l'objectif mondial des 2°C de réchauffement dépassé.

>>Climat : les négociateurs bouclent une COP22 bousculée par Donald Trump
>>Climat : la COP22 compte sur le "pragmatisme" de Trump
 

Photo de famille des maires des grandes ville participants au C40, le 1er décembre à Mexico. Photo : AFP/VNA/CVN


"Au scepticisme dont font preuve certains chefs d'État, à la lâcheté qui en paralyse d'autres, nous répondons par l'action et en suivant une seule méthode qui consiste à abattre les murs et à bâtir des ponts", a déclaré en espagnol la maire de Paris, Anne Hidalgo, lors de son premier discours de présidente du Cities 40 (C40).

"Les villes sont à l'avant-garde du changement (...) mais nous devons agir vite", a martelé Mme Hidalgo, avant de recevoir en guise d'intronisation un bonsaï des mains du maire de Rio, Eduardo Paes, qui l'a précédée à la tête de l'organisation.


À titre d'exemple, les maires de Paris, Mexico et Madrid ont annoncé dans un communiqué commun leur intention de se débarrasser totalement des véhicules diesel d'ici 2025, "afin d'améliorer la qualité de l'air pour les citoyens".

Le C40, qui rassemble désormais 90 villes - dont Rio, Caracas, New York, Paris, Dakar, Johannesburg, Addis Abeba, Séoul, Pékin, Shanghai, Athènes, Istanbul ou Londres -, représente au total 650 millions de personnes et 25% du PIB mondial.

Les villes de Medellin (Colombie), Dakar (Sénégal), Montréal (Canada) et Kuala Lumpur (Malaisie) ont rejoint l'organisation durant le sommet à Mexico.

 

Photo du logo du sommet C40, le 1er décembre à Mexico.
Photo : AFP/VNA/CVN


Selon l'étude des maires présentée jeudi 1er décembre et intitulée "Deadline 2020", un tiers des émissions dépendent de l'action des villes (infrastructures, urbanisme, transports, etc).

"Si les usages et infrastructures continuent à se développer sur le mode actuel, d'ici 5 ans le monde aura généré assez d'émissions pour dépasser les 2°C" prévus par l'accord de Paris, préviennent ces élus.

Pour faire face à ce défi, les seules villes du C40 auront besoin de 375 milliards de dollars d'investissements pour les quatre ans à venir.

"Nous sommes conscient que le financement sera le nerf de la paix (...) Nous irons chercher cet argent", a défendu la maire de Paris. Parmi les revendications de la coalition figure l'accès des villes aux financements climatiques internationaux (du Fonds Vert par exemple).

Dans la soirée, le C40 a remis ses prix distinguant 11 villes pour leurs efforts écologiques au cours de l'année parmi lesquelles Paris, Copenhague (Danemark), Curitiba (Brésil), Addis Abeba (Ethiopie), Shenzen (Chine), Yokohama (Japon), Sydney et Melbourne (Australie). Paris a été distinguée pour son Plan Climat d'adaptation aux défis climatiques.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Le Parc national de Ba Bê vaut vraiment le détour Le Parc national de Ba Bê est situé dans la province de Bac Kan, à environ 170 km au Nord de Hanoï. Ce site naturel offre un paysage grandiose et une grande diversité biologique.