08/10/2016 10:42
Il y a trois ans, Hà Minh Duc a fondé la marque Clever Food. Son créneau : offrir aux consommateurs vietnamiens des produits biologiques riches en goût, mais aussi de sens. Selon lui, les bons produits sont encore meilleurs quand ils respectent l’environnement.
>>Contrôle de l’origine des aliments par smartphone
>>Donner un meilleur accès aux produits alimentaires sûrs

Hà Minh Duc, fondateur de la marque Clever Food. Photo : NVCC/CVN

Dans un monde alimentaire qui suscite questionnements et inquiétudes au quotidien, Hà Minh Duc s’est dit qu’il ne pouvait pas rester les bras croisés, et qu’il était temps d’agir selon ses propres convictions. Il propose des produits alimentaires sains et naturels, bénéfiques à la fois aux hommes et à l’environnement. Sa philosophie des affaires repose sur des relations gagnantes-gagnantes entre tous les acteurs, une stratégie tout en douceur qui selon lui séduit toujours les partenaires sur le long terme.

Hà Minh Duc est né en 1982 à Hanoï, mais il a passé son enfance à la campagne, au cœur de cette nature qu’il affectionne particulièrement. En 2012, sa décision d’abandonner sa carrière dans l’armée pour les affaires a préoccupé ses parents pendant longtemps. D’après eux, il est difficile de trouver du succès en partant de zéro, surtout si on n’a aucune expérience dans le domaine.

La réalité n’a pas tout à fait donné tort aux parents de Minh Duc. Pour le jeune homme, les premiers temps ont été loin d’être un fleuve tranquille. Trois mois à peine après l’ouverture de son premier magasin bio dans une ruelle dans la rue Hoàng Quôc Viêt, dans l’arrondissement de Câu Giây, à Hanoï, il a vu avec ses deux amis et partenaires leur maigre capital de 90 millions de dôngs fondre comme neige au soleil. Et c’est sans compter sur un tas de dettes.

Une idée partie d’un triste constat

«Mais mon souhait d’avoir un magasin bio était si fort, c’est ce qui m’a incité à ne pas baisser les bras, se souvient-il. Je pense que les consommateurs et moi avons le droit de bénéficier d’un repas sûr en famille».

Clever Food mise sur les aliments sûrs. Photo : NVCC/CVN

C’est durant son séjour à l’armée que Minh Duc avait eu le premier déclic. Il s’était rendu dans une cinquantaine de postes frontaliers et plates-formes dans les quatre coins du pays. Il avait vu de ses propres yeux de nombreux produits agricoles, d’aliments précieux et des spécialités locales qui ne sont pas vendus de manière régulière sur les marchés traditionnels. Parfois, une bonne récolte ne trouve pas preneurs, au grand dam des agriculteurs. Les commerçants ne sont tout simplement pas intéressés par les produits locaux, et les prix chutent dès lors quand l’offre dépasse évidemment la demande.

«C’est regrettable, mais c’est la réalité, Je veux changer cette réalité. Bien que mon action représente une goutte dans l’océan, il faut bien commencer quelque part, rétorque-t-il. Je veux apporter les produits agricoles sains aux consommateurs, et qu’ils soient à la fois riches de sens et de goût. Je souhaite aussi que les agriculteurs ne pleurent jamais quand ils obtiennent une bonne récolte».

En 2013, son premier magasin Clever Food voit le jour à l’adresse 10/106, rue Hoàng Quôc Viêt, et trois ans plus tard, Hà Minh Duc peut enfin avoir le sourire. Aujourd’hui, il est à la tête d’une chaîne de six magasins de vente au détail d’aliments propres et satisfaisants les normes de sécurité sanitaire, répartis dans différents arrondissements de la capitale. Il a réussi à réunir près d’une dizaine de noms et d’établissements certifiés issus de trois régions du pays. Le chiffre d’affaires de chaque magasin s’élève à près d’un milliard de dôngs par an, un rêve pour toutes jeunes entreprises.

La qualité, la clef du succès

Les consommateurs peuvent composer au quotidien des menus bios, selon leurs envies et leurs besoins. NVCC/CVN

À la différence de nombreux autres hommes d’affaires, le patron de Clever Food n’applique pas une stratégie de concurrence sur les prix. Les produits alimentaires naturels et sains sont périssables, et exigent une consommation rapide, alors que les moyens de conservations de ces denrées sont actuellement très limités. L’emballage spécifique les rend également plus chers, donc encore moins compétitifs.

«Nous donnons la priorité à la qualité des produits, pas le prix. C’est aussi la condition +sine qua non+ pour devenir notre partenaire», fait remarquer Minh Duc.

Il préfère opter pour des solutions et des compromis favorables à tous ses partenaires. «Nous ne pouvons pas à mon avis encourager les agriculteurs à s’orienter vers une production de qualité en leur demandant de diminuer le prix de leurs produits», souligne-t-il. Hà Minh Duc place le développement durable au cœur de son entreprise, et cherche à aider les agriculteurs locaux à obtenir un revenu régulier.

D’ici 2020, le fondateur de Clever Food ne cache pas son ambition d’ouvrir entre 30 et 50 magasins. Il espère que chaque arrondissement de Hanoï puisse disposer d’au moins un point de vente, sans compter les entrepôts de stockage et des lieux dédiés au travail de traitement préliminaire des produits.

Dès octobre de cette année, le premier abattoir va être inauguré à Ba Vi dans la banlieue de Hanoï et destiné aux animaux élevés dans la ferme de deux hectares que Clever Food et d’autres partenaires ont mis sur pied.

Le chemin est encore long évidemment. Mais la vision de Minh Duc est encourageante pour l’avenir, et prouve que des stratégies respectueuses à la fois de l’humain et de l’environnement au service d’une alimentation saine est possible. Une petite graine a sans doute été semée, et c’est à tous les acteurs, qu’ils soient agriculteurs, commerçants ou consommateurs, de la faire grandir.


Trois questions à Hà Minh Duc


* Est-il difficile de convaincre les consommateurs d’acheter des aliments bio?

Oui. Souvent mes clients me posent la question sur l’origine comme la qualité des produits. Leur scepticisme est compréhensible dans un contexte où les scandales alimentaires défraient la chronique dans le pays. Mais, c’est le doute du client qui me pousse à faire mieux. Si je parviens à gagner leur confiance envers notre marque, ils deviennent des clients fidèles. 

* Avez-vous déjà reçu des offres d’investissement pour décupler vos activités?

Nous avons reçu beaucoup de propositions de coopération et de financement, mais je n’y pense pas encore. Je vais élargir les rayons de notre chaîne, mais cela doit s’accompagner de la qualité des produits. J’ai élaboré moi-même le plan de développement de Clever Food pour les temps à venir.

* De quoi avez-vous besoin en priorité en ce moment?

J’ai besoin d’experts ayant de l’expérience dans le secteur agroalimentaire et la vente en détail. J’ai besoin aussi de financement pour les laboratoires, la production ou encore la formation du personnel. Ces points sont importants pour que Clever Food puisse réaliser une percée solide dans le pays.

Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Diên Biên se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia La province de Diên Biên (Nord) se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia qui doit avoir lieu du 11 au 14 mars 2017.