26/10/2016 21:57
Enseignant à l’école maternelle Kitten à Hanoï, Vu Duc Cuong a vite compris les difficultés rencontrées par les enfants pour apprendre à nager. Il a mis au point une méthode inédite pour les aider à vaincre leur peur de l’eau. Même sur terre ferme.
Vu Duc Cuong enseigne un enfant chez lui à Hanoï.
Photo : Archives/CVN

Professeur de natation depuis plus de 10 ans, Vu Duc Cuong est passé maître dans l’art d’expérimenter des nouvelles techniques pédagogiques. Il a remarqué que les écoles sont équipées pour presque tous les sports… sauf pour la natation. Les élèves s’échauffent à sec, puis se lancent dans l’eau sans aucune transition, prolongeant dès lors la durée de l’apprentissage.

Né d’une famille baignant dans le génie mécanique, Cuong décide de fabriquer lui-même son propre système pour aider les enfants à se familiariser avec l’eau.

La première version se composait d’une simple chaise avec deux grandes poulies pour aider l’élève à trouver la bonne position pour respirer. Comme la structure était volumineuse et difficile à déplacer, Cuong décida d’abandonner toutes les poulies, et la transforma en une grande surface plane et horizontale accompagnée d’un petit seau pour apprendre aux enfants à mettre la tête sous l’eau. Aujourd’hui, son installation se décline pour les touts petits (3 à 6 ans), les jeunes (7 à 12 ans) et enfin, les adultes.

Selon lui, ces installations peuvent éliminer totalement la peur de l’eau chez les débutants, car elles les aident à s’accoutumer avec les techniques de base, avant de plonger dans les bassins ou les rivières. «Au début, je guide les élèves à synchroniser leurs gestes avec la respiration. Puis, ils se mettent dans l’eau en étant accompagnés d’un flotteur. Cette méthode peut réduire 30% du temps normal d’apprentissage», confie-t-il.

Un procédé à adopter dans les écoles

Vu Duc Cuong espère que son idée serait appliquée dans les écoles.
Photo : Tuôi tre/CVN

Bon nombre de personnes ont suivi et appris à nager grâce à la méthode Vu Duc Cuong. Fort de ce succès, il souhaite cependant aller plus loin : enseigner la natation dans les régions où les gens, dont évidemment les enfants, n’ont ni accès à une piscine, ni une chance d’apprendre à nager de manière sécurisée.

La «machine» de Cuong pourrait dès lors être une solution efficace. «Simple, facile à déplacer et ne coûtant qu’entre 300 à 400 milles dôngs, elle serait très utile dans les régions campagnardes ou montagneuses», explique-t-il. «C’est dangereux pour les petits de nager dans les rivières ou dans les étangs, sans connaissance ni moyen de sécurité. Cinq dispositifs seraient suffisants pour une classe de 20 élèves», affirme Vu Van Cuong.

Le potentiel est en fait bien plus large que l’on peut croire. Les mêmes types de problèmes se retrouvent aussi dans les grandes villes. Les cours ne peuvent pas se concentrer sur un seul élève, et les piscines publiques ne sont pas réputées pour leurs hygiènes.

Il est fort à parier que l’idée de Cuong n’en restera pas là. Et continuera à faire des vagues.

Dang Duong/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Le Parc national de Ba Bê vaut vraiment le détour Le Parc national de Ba Bê est situé dans la province de Bac Kan, à environ 170 km au Nord de Hanoï. Ce site naturel offre un paysage grandiose et une grande diversité biologique.