10/03/2017 18:48
Un homme de 36 ans originaire d'ex-Yougoslavie et dans "un état psychique particulier" a blessé sept personnes dans une attaque à la hache dans la soirée du 9 mars à la gare de Düsseldorf (Ouest de l'Allemagne), a indiqué la police locale.
>>Allemagne : attaque à la hache dans une gare, au moins 5 blessés

Des policiers dans la gare de Düsseldorf après une attaque à la hache, le 9 mars en Allemagne. Photo : AFP/VNA/CVN

Peu avant 20h50 (19h50 GMT) l'assaillant est sorti d'un train de banlieue armé d'une hache et s'en est pris aux voyageurs présents dans la gare centrale de la ville, faisant "sept blessés dont trois graves et quatre légers", a précisé la police dans son dernier bilan.

Selon le communiqué de la police, le suspect a ensuite sauté d'un pont en tentant de s'enfuir et s'est grièvement blessé dans sa chute. Selon l'agence allemande DPA, il n'était pas en état d'être interrogé et les raisons de son acte demeurent donc inconnues.

Mais il se trouvait au moment des faits "dans un état psychique particulier" et "c'est à cause de cet état qu'il a commis cet acte", a indiqué un porte-parole de la police à DPA.

Un proche de l'assaillant a contacté la police et expliqué le contexte dans lequel l'auteur présumé à commis ses forfaits, selon la même source. Aucune autre précision n'a été fournie.

Dans un premier temps la police avait fait état de plusieurs assaillants et de deux arrestations.

Alors que la gare était évacuée, les forces de l'ordre s'étaient déployées massivement aux abords du bâtiment, faisant appel aux hommes lourdement armés de ses unités spéciales d'intervention, tandis qu'un hélicoptère survolait la ville.

Localisation de Düsseldorf théâtre d'une attaque à la hache. Photo : AFP/VNA/CVN

La police estime désormais que le suspect a agi seul et le trafic ferroviaire a pu reprendre à la gare de Saint-Augustin dès 00h45 (23h45 GMT).

"Nous étions sur le quai et on attendait un train. Le train est arrivé et soudain quelqu'un avec une hache est sorti et a frappé des gens", a indiqué un témoin non-identifié des faits cité par le journal Bild.

Fin février, un Allemand de 35 ans, qui selon les médias pouvait aussi souffrir de problèmes psychiatriques, avait foncé au volant de sa voiture sur des passants à Heidelberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, faisant un mort et deux blessés.

Qui-vive

Peter Altmaier, chef de la chancellerie et proche conseiller de la chancelière Angela Merkel, a réagi dans la soirée en apportant son soutien aux victimes.

"Quoi qu'il se soit passé à la gare centrale de Düsseldorf, notre compassion et nos pensées vont aux personnes innocentes blessées", a-t-il écrit sur Twitter.

Le maire de la ville, Thomas Geisel, s'est lui rendu sur les lieux, selon Bild. "C'est un coup dur pour Düsseldorf. Beaucoup de personnes sont sous le choc. Je veux remercier la police et les secours. Mes pensées vont aux victimes et à leurs proches", a-t-il dit.

Les autorités allemandes sont sur le qui-vive en raison de la menace jihadiste pesant sur l'Allemagne, particulièrement depuis l'attentat au camion-bélier de décembre à Berlin (12 morts), revendiqué par le groupe État islamique.

Ces deux dernières années, la mouvance jihadiste a connu un essor croissant dans le pays. Les services de renseignement intérieur estiment à environ 10.000 le nombre d'islamistes radicaux dans le pays, dont 1.600 soupçonnés de pouvoir passer à la violence.

Outre l'attaque au camion-bélier sur le marché de Noël de la capitale, l'EI a revendiqué en 2016 un meurtre à Hambourg, un attentat à la bombe (15 blessés) et une attaque à la hache (5 blessés).

Un autre agression à la hache avait été commise dans un train, mais elle s'est avérée être l'acte d'un déséquilibré.

AFP/VNA/CVN




 


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les 55 ans d'un Département de français

Ouverture du programme Le Comité populaire de la province centrale de Quang Binh a inauguré le 25 mars dans la capitale le programme "Quang Binh dans le cœur de Hanoï"